Le départ pour le Nord

Crespel & Deiters à Burgdorf …

1927. Neuf ans après la fin de la Première Guerre mondiale, Crespel & Deiters produit de nouveau à plein régime. L’approvisionnement en matières premières est assuré par le commerce de la farine en plein essor. La production d’amidon de blé rapporte tellement que l’entreprise est en pleine expansion. À Ibbenbüren, les ateliers de production et les bâtiments annexes sont agrandis et du personnel est embauché. Mais le spécialiste en amidon de blé pense encore plus grand. Depuis la réforme monétaire en 1923 et la reprise économique qui lui a fait suite, l’économie allemande est à nouveau en mesure d’investir. Crespel & Deiters a, lui aussi, l’intention d’augmenter sa production et de se développer dans le nord-est du pays. Le choix tombe sur Müller & Co. KG, la fabrique d’amidon située à Burgdorf près de Hanovre.

Une usine avec une histoire

L’usine de la Uetzer Straße 14/15, à Burgdorf, produit de l’amidon de blé depuis 1895. Plusieurs familles d’entrepreneurs y ont exercé leur activité avant la reprise des bâtiments et des installations en 1927 par Crespel & Deiters. Toutefois, alors que les planifications pour la modernisation de la production sont en cours, la crise économique mondiale commence à peine deux ans plus tard. Après le krach de la Bourse de New York et le retrait consécutif de tous les crédits américains d’Allemagne, l’essor économique est stoppé net. Beaucoup d’entreprises font faillite. Crespel & Deiters tire la sonnette d’alarme, ferme dans un premier temps la fabrique d’amidon de blé à Burgdorf et concentre son activité et ses moyens financiers dans son usine-mère d’Ibbenbüren.

La Grande Dépression

Au début des années 1930, les temps s’annoncent très difficiles pour l’Allemagne et ses habitants ainsi que pour Crespel & Deiters. Un commerce extérieur en pleine stagnation, un chômage de masse et un manque d’argent dominent le pays. « La Grande Dépression » touche l’ensemble du territoire et le monde entier. Ce n’est qu’en 1936 que Crespel & Deiters réussit à rouvrir la fabrique de Burgdorf. Cependant, le chemin pour y arriver est semé de nombreuses embûches – administratives.

Pendant la crise économique mondiale, 15 millions de personnes étaient sans travail. De nombreuses fabriques ont dû fermer. La conséquence : pauvreté, faim et perte des moyens d’existence.

Les habitants de Burgdorf reçoivent Crespel & Deiters les bras ouverts. Ci-dessus, l’article du journal local de Burgdorf du 09/07/1936 sur la reprise de la production par Crespel & Deiters.

La lente bureaucratie et les eaux usées

Crespel & Deiters commence par réorganiser toute la production et à moderniser les installations. Une nouvelle station d’épuration est également prévue. Et bien que cette dernière recycle les eaux usées bien mieux qu’avant et bénéficie d’une technologie de pointe, le service de l’urbanisme culturel de la ville de Celle décide de l’examiner de très près. Contrairement à l’agence pour l’emploi de Hanovre, qui se félicite de la réouverture du site et des emplois ainsi créés, le service de l’urbanisme ne cesse de trouver de nouveaux prétextes pour ne pas procéder à la réception de la station d’épuration. Ce n’est que lorsque l’ingénieur responsable des travaux perd patience et qu’il s’adresse au bureau du contrôle des eaux de rivières compétent pour se plaindre des atermoiements du service d’urbanisme, que le dossier se débloque et que la station finit par être autorisée. Il ne restait maintenant plus qu’à assurer l’alimentation en eau de l’usine. Après un âpre combat, le feu vert est enfin donné suite à l’autorisation du préfet de Lüneburg de pouvoir effectuer régulièrement des prélèvements d’eaux souterraines. L’activité peut démarrer. Le 13 juillet 1936, Crespel & Deiters rouvre, avec 20 salariés, sa succursale située au cœur de la Basse-Saxe.

À peine gagné, déjà perdu

Les années suivantes, Crespel & Deiters produit dans la fabrique de Burgdorf des produits à base d’amidon de blé pour des entreprises situées au centre et partiellement à l’est de l’Allemagne. Mais ici aussi ¬c’est le feu, qui, comme pour le grand incendie de 1891 à Ibbenbüren, réduit à néant, d’un instant à l’autre, toute la réussite commerciale de l’entreprise. En 1944, un incendie détruit l’usine de Burgdorf dans sa presque totalité. Cependant, le spécialiste de l’amidon de blé ne se laisse toujours pas décourager. Un gros effort financier permet à Crespel & Deiters de reconstruire l’usine. Le site en Basse-Saxe produit jusqu’en 1967, avant de fermer définitivement ses portes. Crespel & Deiters continue de fournir le nord de l’Allemagne depuis son usine mère à Ibbenbüren.

L’usine modernisée de Burgdof, de près de 760 m2, était construite sur un site de 15 000 m2. Elle comprenait des ateliers de production, la maison et le garage du contremaître responsable de l’amidon, un bâtiment abritant la chaudière et la pompe, la serrurerie, le bassin d’épuration, le bâtiment administratif et la station de distribution électrique.

Le rapport trimestriel de Crespel & Deiters portant sur l’usine de Burgdorf en 1936.